La présentation

James A. Wilson

Andrew Bosley, Dann May

Starling Games

≃ 55 €

40 - 80 min

1 - 4 joueurs - 13+

Dans les fins fonds d’une forêt luxuriante se cache une petite vallée sous le doux nom d’Everdell. Ce petit village prend racine au pied du grand arbre éternel qui le protège. 

Au fil des années, le village a continué à prospérer, mais par manque de place il est grand temps d’occuper de nouveaux territoires pour y construire une nouvelle ville. 

Vous allez incarner le chef d’un groupe de créatures sylvestres, dont le but est d’établir un nouveau village grâce à vos fidèles ouvriers. Autant vous le dire, l’année qui arrive sera chargée ! Il va falloir construire de nombreux bâtiments, et attirer souris, hiboux, et autres créatures dans votre future ville. 

 Mais attention, vous n’êtes pas seul sur le coup ! D’autres chefs vont tout faire pour rendre leur village plus attractif que le vôtre…

Que retrouve-t-on dans la boîte ?

1
Plateau de jeu
4
Tuiles Événement de base
24
Ouvriers en forme de Hérissons, Souris, Écureuils, Tortues (6 par joueur)
30
Jetons Point dont :
-10 jetons de 3 points
- 20 jetons de 1 point
20
Jetons Occupés
1
Dé à 8 faces (pour le mode solo)
128
Cartes Créature et Construction
11
Cartes Forêt
16
Cartes Événement spécial
1
Carte Victoire
105
Ressources dont :
- 30 Brindilles
- 25 Résines
- 30 Baies
- 20 Galets
1
Arbre Éternel à assembler

Et les règles dans tout ça ?

Autant vous le dire tout de suite, vous allez avoir un peu de lecture avant de débuter votre toute première partie. Mais rien de bien méchant, le jeu est très simple à comprendre. Mais un conseil,  prenez le temps de lire le livret de règles dans son entièreté, et laissez-vous emporter par cet univers champêtre tout mignon : vos parties prendront une tout autre saveur. 

Avec les 23 pages qui le composent, le livret de règles est plutôt bien fourni. Il contient de  magnifiques illustrations qui prendront pour certaines d’entre elles pratiquement la moitié d’une page.  Personnellement, j’adore la patte artistique que le jeu arbore. 

Si on se concentre uniquement sur l’essentiel, à savoir comment jouer à Everdell, vous en aurez pour 12 pages (que vous pouvez facilement diviser par 2 si on supprime toutes les illustrations).

Vous trouverez également 2 pages pour le mode solo (mode que je détaillerai dans la section dédiée).

Avec les 128 cartes du jeu, il y a fort à parier qu’une d’entre elle soulèvera des questions quand à son utilisation. C’est pour cela que vous trouverez vers la fin du livret 4 pages d’index vous fournissant quelques éclaircissements sur celles-ci. 

Everdell, c’est aussi un univers. Pour vous en imprégner en peu plus, vous trouverez  2 pages sur « Le Conte des Pierres Levées » narré par la conteuse légendaire  d’Everdell, Poe.

Bon ok, et ça se joue comment ?​

La mise en place du jeu se fait rapidement et facilement

Durant la mise en place, je pose 4 cartes événement « spéciales » sur les branches inférieures et 2 ouvriers par saison, sauf à l’automne où j’en mets 4

À mon tour de jeu, je peux soit :

  • Placer un ouvrier
  • Jouer une carte de la Prairie
  • Jouer une carte de ma main
  • Passer à la saison suivante

Pour acquérir un événement, je dois posséder le nombre de cartes requises, ici 4 cartes avec l’icône « Feuille verte ». Je récupère la tuile que je pose à côté de ma ville, elle me fera gagner 3 points à la fin de la partie.

Quel est le but du jeu ?

En tant que chef de groupe, vous allez diriger une petite équipe d’ouvriers afin de construire une nouvelle ville en une année. 

Vous commencerez à la fin de l’hiver jusqu’à la fin de l’automne : le joueur ayant le plus de points de victoire gagne la partie ! 

La mise en place

  • Posez le plateau au centre de la table et assemblez l’Arbre Éternel. 
  • Placez les ressources du jeu le long de la rivière et les jetons points à proximité du plateau. 
  • Placez les 4 tuiles événements de base le long de la rivière et aléatoirement 4 cartes événement spécial sur les branches inférieures de l’arbre.
  • Placez aléatoirement 8 cartes face visible sur la prairie. 
  • eChaque joueur choisit une couleur et prend 2 ouvriers de cette couleur. 
  • Le premier joueur prend 5 cartes, le deuxième 6 cartes, le troisième 7 cartes et le quatrième 8 cartes.
  • Chaque joueur place sur l’arbre Éternel 1 ouvrier sur la case printemps, 1 en été et 2 à l’automne.
 

Le déroulement

Le jeu se déroule dans le sens horaire. À votre tour vous pouvez jouer une seule action parmi : 
 

I. Placer un ouvrier

Placez un ouvrier sur un emplacement possédant cette icône  et faites immédiatement l’action qui lui est associée. 

Si l’anneau est fermé, vous ne pouvez placer qu’un seul ouvrier. Au contraire si l’anneau est ouvert il est possible d’y placer plusieurs ouvriers.

Les ouvriers posés restent en place jusqu’à ce que vous utilisiez l’action « Se préparer pour la saison ».

C’est quoi les événements ? 

Les événements sont des sources importantes de points de victoire. Ils possèdent tous un emplacement d’ouvrier unique et ne peuvent être remportés que par un seul joueur, autrement dit, premier arrivé, premier servi !

Pour pouvoir y prétendre, vous devrez remplir certaines conditions comme par exemple posséder dans votre ville 3 cartes Destination rouge (cartes avec une icône rouge). 

II. Jouer une carte

Le jeu possède 2 types de cartes, les constructions et les créatures. 

Vous ne pouvez jouer Q’UNE seule carte de votre main ou de la prairie en payant son coût en ressources, ou l’avoir gratuitement si vous possédez déjà  le bâtiment requis dans votre  ville. 

 Puis vous la poserez devant vous dans votre ville. 

J’ai eu gratuitement une carte Créature grâce à une carte bâtiment que j’ai déjà dans ma ville, je dois faire quelque chose ? 

Oui, vous devez prendre un jeton Occupé et le poser sur le bâtiment qui vous a permis d’avoir la créature gratuitement. Ceci vous empêchera d’acquérir à nouveau cette créature par le biais de ce bâtiment.

Attention ! Vous pouvez avoir plusieurs exemplaires d’une même carte commune devant vous. Mais vous ne pouvez avoir qu’une seule copie d’une carte unique.

Les différents types de cartes

Dans Everdell, il existe 5 types de cartes :

  •  Les cartes Voyage marron qui s’activent une seule fois à l’acquisition. 
  • Les cartes Production vertes qui s’activent immédiatement après avoir été jouées et une fois durant l’action « se préparer » de l’automne et du printemps.
  • Les cartes Destination rouges s’activent quand on pose un ouvrier dessus.
  • Les cartes Gouvernance bleues vous donne un bonus après avoir joué certains type de cartes.
  • Les cartes Prospérité violettes donnent des points de victoire à la fin de la partie.

Ok, mais ça veut dire quoi quand on parle de « ma ville » ?

Devant chaque joueur se trouve sa ville, autrement dit c’est un espace libre où vous disposez de 15 cases. Chaque carte occupe 1 case (hors carte événement). Afin de mieux organiser votre ville, il est recommandé de positionner les cartes en 3 rangées de 5 cartes pour plus de clarté.  

Combien de cartes ai-je le droit d’avoir en main ? 

Votre limite est de 8 cartes. Si vous devez donner des cartes à d’autres joueurs, vérifiez si le joueur a assez de place pour accueillir vos cartes.

III. Se préparer pour la saison

Vous avez placé tous vos ouvriers ? Vous ne pouvez plus jouer de carte ? Ou vous voulez tout simplement passer ? 

 Alors il est temps de se préparer pour la prochaine saison. Pour ce faire :  

  • Récupérez l’ensemble de vos ouvriers.
  • Gagnez les bonus pour la saison suivante (vous trouverez l’information sur l’Arbre Éternel).

Votre tour est à présent terminé. À chaque nouvelle saison, vous pourrez activer certaines cartes dans votre ville,  vous gagnerez un nouvel ouvrier qui rejoindra votre groupe sauf pour l’automne où vous aurez 2 ouvriers supplémentaires. 

Quelle est la mécanique du jeu ?

Everdell propose aux joueurs une mécanique de pose d’ouvrier. On place les ouvriers sur un emplacement et on réalise l’action qui lui est associée. 

Cependant, le défaut de cette mécanique réside dans les choix à effectuer. 

Généralement, le joueur est confronté à une multitude de choix et d’actions, au point qu’il est souvent nécessaire de prendre son temps pour analyser et planifier ses futures actions. Cela se ressentira forcément sur la durée de jeu qui se verra grandement augmentée. 

Personnellement, je suis un grand fan de cette mécanique car les actions disponibles sont indiquées directement sur le plateau de jeu, ce qui facilite la compréhension et allège le livret de règles. 

Everdell vous proposera également une construction de moteur de jeu grâce aux cartes que vous placerez dans votre ville. Cette mécanique est très importante étant donné que vous commencerez la partie avec aucune ressource. Il vous faudra donc acquérir les bonnes cartes qui vous feront gagner des ressources à chaque saison, à l’acquisition de certaines cartes, ou vous permettront d’acquérir des cartes gratuitement.

Que donne le mode solo ?

À Everdell, tout est mignon, tout est beau mais que serait la vallée sans un méchant ? 

Vous allez vous mesurer contre un dénommé Paillasson, vieux rongeur grincheux dans l’âme. Et comme chaque méchant ne vient jamais seul, il sera accompagné par sa bande de copains, des rats roublards et turbulents.

Le jeu vous propose 3 niveaux de difficulté croissante, appelé Année. 

  • L’ année 1 :  “Paillasson le Scélérat”.
  • L’ année 2 : “Paillasson le Véreux”. 
  • L’ année 3 : “Paillasson le Vaurien”

Sur une base de mise en à place à 2 joueurs, Paillasson :

  • Prendra toujours sa couleur fétiche, le noir.
  • Il ne possédera pas de carte de départ en main.
  • Les acolytes de Paillasson bloqueront la carte Forêt ainsi que la case action des 3 brindilles.

Chaque fois que vous jouez une carte, Paillasson fera de même, (si vous prenez une carte de la prairie, repiochez immédiatement une nouvelle carte afin d’en avoir toujours 8 disponibles). Pour cela, vous lancerez le dé à 8 faces qui déterminera quelle carte de la Prairie il va jouer.

Pour plus de confort visuel, vous classerez en pile et par couleurs les cartes de Paillasson. 

Après avoir effectué l’action « Préparer la saison », vérifiez si Paillasson a assez de cartes de couleur dans sa ville pour accomplir un des quatre Événements de base. 

Prenez son nouvel ouvrier et placez-le sur la carte Prairie n°1 (n°2 pour l’été et n°3 et n°4 pour l’automne), de sorte qu’à la fin de la partie il aura un ouvrier parmi les 4 cartes Prairie du haut. Vous ne pouvez plus jouer ces cartes, mais Paillasson le peut encore.

Dans le sens antihoraire, déplacez son ouvrier vers la carte Forêt suivante.

Au printemps, pour l’action « Se préparer à la saison », déplacez son ouvrier du lieu des 3 brindilles vers le lieu des 2 résines. Pendant l’été, déplacez son ouvrier sur le lieu 1 galet. 

Au cours de l’automne, déplacez son ouvrier sur le lieu de 1 baie et de 1 carte.

En automne, retirez son ouvrier de la 3e tuile Forêt et placez-le à la place sur la case Voyage à 3 points.

Comment on compte les points ? 

Paillasson marquera : 

  • 2 points par carte dans sa ville.
  • 3 points pour chaque carte Prospérité violette.
  • 3 points pour chaque Événement de base qu’il a réalisé.
  • 3 points pour chaque Événement spécial que vous n’avez pas réalisé.
  • 3 points pour son ouvrier sur la case Voyage et tous les jetons Points que vous lui auriez donnés.

Quelques points à connaître…

  • Paillasson peut avoir plus de 15 cartes dans sa ville.
  • Si un ouvrier de Paillasson se trouve sur une carte Prairie, celle-ci est bloquée.
  • Si vous devez donner des cartes ou des ressources à un adversaire, défaussez-les à la place.

Ce qui m'a plu... ou pas

L'univers

Difficile de rester insensible à cet univers champêtre.
Si on prend le temps de lire les textes d'ambiance, on s'attache à tout ce petit monde. Et le fait de voir notre village prendre vie au fil de la partie accentue cet attachement.

Les illustrations

C'est personnel, c'est une question de goût on aime ou on n'aime pas. Mais pour ma part je ne peux que rester admiratif devant les illustrations du plateau de jeu, des cartes ou même du livret de règles. Tout ceci me donne un sentiment "cosy", le tout dans une atmosphère chaleureuse.

Des règles simples

Avec une mécanique de pose d'ouvrier, les connaisseurs du genre ne seront pas dépaysés avec Everdell.
Pratiquement toutes les actions sont indiquées directement sur le plateau ou sur les cartes. Ce qui allège le livret de règles. Après une première lecture, vous y reviendrez uniquement si vous constatez des zone d'ombre sur certaine cartes.

La qualité du matériel

Everdell bénéficie d'une très bonne qualité de fabrication.
Les baies sont en caoutchouc, la résine et les galets en plastique, les brindilles en bois.
Les ouvriers qui sont tous mignons sont également en bois.
Le plateau de jeu et les cartes disposent d'une très bonne épaisseur et donnent une impression de solidité.

Le mode solo

Everdell se joue très bien en solitaire. Le mode solo n'est pas très compliqué, il rajoute quelques points de règles et l'utilisation du dé se fait de manière intelligente.
Le mode vous proposera plusieurs modes de difficultés qui sont les bienvenus.

L'Arbre Éternel qui ne sert pas à grand chose

Même s'il donne quelques informations utiles sur le déroulement du jeu, l'arbre vient avec son lot de points négatifs :
- Ce n'est pas très pratique, les pions risquent de tomber.
- On ne voit pas les cartes que l'on pose dessus et on finit par les oublier.
- Le prix du jeu : il aurait pu coûter moins cher, car il est évident que l'on paie cette arbre un peu inutile.
Il faut le monter et le démonter à chaque partie ce qui n'est pas toujours évident.
Bref vous l'aurez compris, c'est joli et ça s'arrête là. Personnellement, je ne prends même plus la peine de le monter, il reste dans sa boîte.

Pas beaucoup d'interactions entre joueurs

Chaque joueur essaye de gérer sa ville dans son coin. La seule interaction que vous aurez c'est l'utilisation de certaines cartes bâtiments des autres joueurs en posant votre ouvrier dessus. Je trouve cela dommage.

Un facteur chance trop important

Le jeu ne vous offre aucune alternative afin de moduler la part de chance dans le tirage de cartes.
Il arrive souvent que la carte tant attendue ne vienne pas, ou soit choisie par un autre joueur. Ce qui peut être frustrant.

Les joueurs ne terminent pas le jeu en même temps

Vous pouvez terminer le jeu en 3 minutes en faisant uniquement l'action "Se préparer pour la prochaine saison"mais vous vous en doutez, ce n'est pas conseillé 🙂 .
Il n'est pas rare que vous terminiez avec plusieurs minutes d'avance, laissant vos camarades jouer dans leur coin.

Conclusion

Score

8

10

Everdell vous emportera dans un univers boisé et enchanteur à la rencontre de créatures attachantes.

Les règles sont simples, bien écrites et bien illustrées. Si vous êtes familier avec la mécanique de pose d’ouvrier, le jeu ne vous posera pas de difficulté particulière.

Le jeu bénéficie d’une très bonne qualité de fabrication, le plateau est d’une bonne épaisseur, les pions ressources sont très jolies, les cartes sont de bonne facture.

Malheureusement, le jeu n’est pas sans défaut. L’Arbre éternel, aussi beau qu’il soit, n’est pas très utile. Son montage est fastidieux, ce qui vous amènera à le laisser dans sa boîte. L’aléatoire des cartes vous portera préjudice à de nombreuses reprises. L’interaction entre les joueurs est pratiquement inexistante, laissant le soin à chacun de gérer sa petite ville dans son coin. Il n’est pas rare de terminer le jeu avec un bon 5 minutes d’avance sur vos camarades, accentuant ce côté individualiste et solitaire. 

Néanmoins, le jeu se joue rapidement : comptez 1h30 pour une première partie puis entre 45 min et 1h pour les suivantes. 

Everdell m’a charmé par son univers, ses illustrations et ses règles simples. Ce jeu peut être une bonne alternative pour initier de nouveaux joueurs à la mécanique de pose d’ouvrier. 

Logo de la tuile de jeu

Vous pourriez aimer...

Bienvenue à la ferme ! Développez votre exploitation élevez votre famille, faites reproduire vos animaux dans ce jeu de gestion culte, mais en version plus allégée.

5 1 voter
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
error: